C’est une suite d’insomnies. Une suite pour insomniaque. Variations autour de l'impossibilité de se coucher dans un lit.

Les séquences sont courtes, quasiment muettes. Le langage physique s'invente à partir de sensations réelles liées à l'insomnie (épuisement, égarement, enfermement, désespoir, flottement, chute, suspension…), développées et répétées à outrance.

Sur le plateau, il y a un lit et un plafond d'oreillers suspendu. Une insomniaque, une chanteuse-violoncelliste-lampe de chevet, et un marchand de sable perché au-dessus du plafond d'oreillers.

11

Le spectacle a été joué

2012  Vélo Théâtre (Apt)
2013  Théâtre Romain Rolland (Villejuif) - l'Espace 600 (Grenoble)  -  Gare Franche (Marseille) - Théâtre de Fontblanche (Vitrolles).
2014 Théâtre, Scène Nationale de Mâcon - Transversales, Théâtre de Verdun - Bonlieu, Scène Nationale d'Annecy - Théâtre National de Nice - The Place (Londres) - Onyx (St Herblain) - l'Estive, Scène Nationale de Foix - La Passerelle, Scène Nationale des Alpes du Sud (Gap)
2015 Tokyo Metropolitan Theatre (Japon) - Aux 2 Scènes (Scène Nationale de Besançon), en

2016 Aux 2 Scènes (Scène Nationale de Besançon) - Tandem (Scène Nationale d'Arras/Douais.